La parodie

Activités

  1. Expliquez si les exemples suivants constituent des parodies ou non :
    1. Ravioli à la dose essen (expression allemande)
    2. On meurt de soif ici !
    3. Contre nous de la tirelire l'étendard sanglant est levé (Cavanna ; v. le texte de la Marseillaise : Contre nous de la tyrannie l'étendard sanglant est levé).
    4. Il pleut toujours. Quelle belle journée !
    5. Tu manges comme un petit cochon !
    6. Un éléphant violet et blanc
  2. Regardez la version parodique de la revue 20 ans. Expliquez les parodies qu'on y voit.
  3. Parodiez vous-même une publicité française / un slogan publicitaire, une chanson, un(e) politique ou une autre personnalité connue.

La parodie - quelques définitions

  1. Imitation exagérée et caricaturale d'un style. (Se)cours de français.

  2. Imitation caricaturale d'une œuvre connue. Le parodiste amuse ses lecteurs en se moquant des tics stylistiques, des faiblesses de l'œuvre célèbre prise pour cible. On peut parodier un genre, un style ou une œuvre précise; on peut parodier l'œuvre entière ou une page connue, une simple phrase, un simple vers, un simple titre. Alain Bardel, Lexique des termes littéraires.

  3. Le grand Larousse Encyclopédique la définit ainsi:
    « Imitation satirique d'un ouvrage sérieux dont on transpose comiquement le sujet ou les procédés d'expression. La parodie cherche ses effets dans la transposition burlesque d'ouvrages sérieux familiers au public ».
    La définition utilise deux termes utiles: satire et burlesque. La satire s'attaque à quelque chose ou à quelqu'un en se moquant. Le burlesque au départ se moque de l'épopée en embourgeoisant les personnages et les situations. Par la suite, le mot désigne un comique extravagant et déroutant.
    Marie-Noëlle VERAN.

  4. La parodie se définit comme l'imitation non sérieuse d'un texte, d'un genre ou du style d'un auteur. C'est une reproduction qui souligne les défauts du texte, du genre ou du style d'un auteur en les grossissant, en les caricaturant. Elle imite en déformant, en travestissant (ex. : changement de ton : on passe du tragique au burlesque), dans une intention ironique. La cible de la parodie, c'est la plupart du temps un texte canonique, un auteur "sérieux": subversion des formes littéraires qui font autorité. Mais ce texte ou cet auteur qu'elle attaque, elle a besoin de lui pour exister; elle n'a pas d'existence autonome. Alors que la satire porte surtout sur la fonction référentielle du langage, sur le monde situé hors du texte, la parodie joue davantage sur la fonction poétique du langage, sur le signifiant. C.A.F.É., COURS autodidactiques de français écrit.

  5. La parodie, en tant que transformation ou imitation d'un texte ou d'un genre donné animée d'un effet comique (même minimal), est, par nature, à la fois subversion et intégration du texte parodié. Toute son ambivalence réside dans l'oscillation constante entre respect et subversion de la norme, entre destruction et régénération. « Répétition et différence », telle est la relation oxymorique qui est à la base de la structure parodique, d'où « the paradox of its authorized transgression of norms » (Linda Hutcheon). Catherine Dousteyssier-Khoze, University of Durham.

(Note : Les mises en relief ne se trouvent pas dans les textes originaux.)